Groupe H68 d’enquêtes Bidonvilles et Grandes usines du monde contemporain

 

Réunion publique, samedi 12 octobre 2019, 18h

 

Théâtre La Commune d’Aubervilliers

(salle des Quatre chemins, 41 Rue Lécuyer - M° Quatre chemins)

 

Présentation d’une enquête (2019) dans un bidonville du Maroc

Proposition d’une enquête (2020) dans des bidonvilles d’Équateur

 

 

(Diaporama présenté le samedi 12 octobre)

 

Suite à une semaine faisant bilan des cinquante ans de Mai 68 (Hétérophonies/68, 8-13 mai 2018), nous avons décidé de sillonner le monde contemporain pendant dix ans (2019-2028) pour enquêter politiquement sur la situation des ouvriers et des gens du peuple dans deux situations, centrales à l’époque de la mondialisation capitaliste : les bidonvilles et les grandes usines.

Qu’en est-il aujourd’hui de la situation objective et des ressources subjectives du milliard d’êtres humains qui vivent en apartheid social dans les bidonvilles, des centaines de millions d’êtres humains enfermés dans les usines et assignés à produire les marchandises de notre époque ?

Allons à la rencontre de tous ces gens ! Il en va d’une orientation communiste qui réactive, dans les dures conditions du temps, une confiance politique dans les masses ouvrières et populaires et, pour ce faire, qui renoue avec la grande pratique de l’enquête et de la liaison de masse.

 

Ce samedi, nous présenterons publiquement une première enquête collective, menée par dix d’entre nous en avril dernier, dans un petit bidonville du Maroc. Pour mieux restituer le foisonnement « hétérophonique » du travail accompli, nous le formaliserons de différentes manières :

-      cinématographiquement : en projetant un moyen métrage (30’) ;

-      théâtralement : en présentant un projet de théâtre documentaire ;

-      photographiquement : en projetant une série d’images ;

-      littérairement : en lisant trois portraits de gens rencontrés là-bas ;

-      graphiquement : en projetant une série de dessins réalisés sur place, pour certains avec des jeunes du bidonville ;

-      mathématiquement : en figurant la singularité des bidonvilles telle des disques tourbillonnant à la pointe des villes (c’est-à-dire de « gros points » faisant « singularités » algébriques) ;

-      et bien sûr idéologiquement : en détaillant nos méthodes d’enquête et le bilan politique de ce premier travail.

 

Nous enchaînerons sur notre seconde étape : une enquête, programmée au printemps 2020, cette fois en Équateur, principalement dans les immenses bidonvilles du pays mais également dans quelques grandes usines orientées vers le marché mondial.

 

https://www.facebook.com/events/894076680973359

 

Pour tout contact : fnicolas [at] egalite68.fr